Le dromadaire

dromadaire

Le vaisseau du désert.

  »J’ai attaché à tes pattes la piété, j’ai mis sur ton dos des butins, j’ai disposé dans tes flancs des trésors, je te donne sans en avoir des ailes, le vol de l’oiseau. Les bédouins montés sur toi te dirigeront, le bonheur sera attaché à ton cou ».

C’est ainsi que certains nomades racontent comment Allah donne la vie au dromadaire. Originaire de l’Arabie méridionnale, il aurait été domestiqué entre 3000 et 2000 ans avant Jésus-Christ et introduit quelques siècles après sur le continent africain.

Selon le prophète, c’est l’animal le plus parfait de la création.Tout chez lui, sa chair, son lait, son poil est indispensable à la survie des hommes du désert, pour lesquels toute richesse se mesure en terme de chameaux ou dromadaire c’est  » kif-kif ».

  • La laine permet de se couvrir.
  • La chair et son lait servent de nourriture.
  • Ses excréments servent de combustibles ou de cataplasme.
  • Son urine se transforme en lotion capillaire,désinfectant ou collyre.

Aucune caravane ne s’imagine sans dromadaire, ils ne sont pas seulement pourvoyeur de nourriture mais moyen de transport.

Ces mammifères se sont merveilleusement adaptés à leur milieu extrême. Ainsi, ils ne possèdent pas de sabots. Leur semelle se compose de callosités faites de graisse et de tissu conjonctif, ce qui les empêche de trop s’enfoncer dans le sable. Cette couche a aussi pour vertu de stopper la chaleur et d’éviter qu’elle remonte dans les pattes. Ils progressent à l’amble, c’est à dire en avançant les jambes antérieures et postérieures d’un même côté, simultanément. Technique qui dilape moins d’énergie.

Détail poétique s’il en est, leurs longs cils et les poils autour de leur bouche participent à la pollinisation des buissons, des graminés et des arbres.

Pour louer la beauté d’une femme, les poètes évoquent « la grâce des chamelles et le charme de ses yeux ».

Comment s’étonner que certains nomades souhaitent se faire enterrer avec leur monture, afin d’accéder avec elle au paradis.

Stoïque, portant les lourds fardeaux des nomades, le dromadaire reste des jours, des semaines sans boire. Il peut perdre jusqu’au quart de son poids, qu’il récupèrera ensuite, absorbant des litres d’eau.




 
Mis à jour le 28 juin 2009